Véronique DASSIE

Chargée de recherche

Des arbres au cœur d’une émotionDocteur du LAHIC, après avoir réalisée une thèse d’ethnologie sur les objets d’affection dans l’espace domestique contemporain sous la direction de Daniel Fabre, Véronique Dassié poursuit des recherches sur les pratiques de l’intime et les relations affectives que nos contemporains entretiennent avec le patrimoine privé ou public.

 

Après une première enquête menée auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de leurs familles, Véronique Dassié a pu reconsidérer le rapport qu’entretient notre société contemporaine avec la mémoire. Cette approche des représentations du symptôme amnésique l’a amenée à étudier la place des objets souvenir. Elle a ainsi pu analyser l’attachement et le détachement auxquels sont soumis les souvenirs à travers la narration de parcours biographiques et la valeur subjective attribuée aux objets inventoriés dans l’espace privé des témoins.

Par ailleurs, une enquête menée en Ariège sur les représentations de la nature chez les professionnels de la forêt l’a conduite à considérer plus largement la notion de patrimonialisation. La tempête de 1999 dans le parc de Versailles lui a permis d’analyser ensuite les ressorts d’une émotion patrimoniale.

Ses travaux l’amènent aujourd’hui à envisager les frontières de l’intime et ses déclinaisons dans la sphère publique.

Elle aborde les conditions de l’institution d’une relation patrimoniale dès l’enfance, par le biais d’une enquête sur les pratiques culturelles des enfants de moins de sept ans et des processus de patrimonialisation des mémoires individuelles.

Actuellement chargée de cours à l’Université François Rabelais de Tours, elle est impliquée dans les enseignements du département de sociologie où elle enseigne depuis neuf ans, tant en anthropologie qu’en sociologie

 

Publications


DASSIÉ Véronique, 2010. Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime DASSIÉ Véronique, l'immigration aux frontières du patrimoine

Partenaires